Accueil Historique Sambo Naissance probable

Une naissance probable du Sambo Défense Personnelle

Les évènements décrits dans les articles précédents tentent de mettre en évidence le contexte très mouvementé de 1917. Il semble en effet peu probable que le sambo défense personnelle aurait pu être formalisé en 1917.
En effet, les dirigeants politiques d'alors devaient penser à organiser le pays, mettre fin aux hostilités, lutter contre les insurrections, et quitter la misère économique, dans laquelle le pays s'était installé depuis de nombreuses années.
Si l'on part du principe que le sambo doit permettre à des hommes de se défendre sans armes, il faut alors chercher le ou les organes qui puissent en avoir une quelconque utilité.
Ceci implique prioritairement la création de ces organes, et ce n'est que dans un second temps que se posent les problèmes de formations.

1 - L'armée Rouge


Si l'on part des données d'Anthony Desbois, il apparaît que le sambo, qui est à la base de l'entraînement militaire, serait né en 1917, et Spiridonov et Ochtchepkov auraient été recrutés par Trotsky, désireux d'organiser et de créer l'armée rouge. Si tel était le cas, Spiridonov et Ochtchepkov devaient être des personnages de premier ordre, dont nous aurions au moins trouvé une trace. Or il n'en est rien.

Nous ne connaissons le rang qu'ils occupaient au sein de l'armée, et l'on peut facilement les positionner entre la 2ème classe et le général. Quant à Trotsky, il ne pouvait organiser l'armée rouge à cette époque, puisqu'il était alors Commissaire du Peuple aux Affaires Etrangères, et avait la lourde tâche de mettre fin à la première guerre mondiale. Trotsky ne devint Commissaire du Peuple à la guerre que le 22 février 1918. L'armée rouge qu'il créa fût une tâche complexe à réaliser. Il ne faut cependant pas oublier que si la première guerre mondiale prit fin en Russie, le pays était encore en guerre en 1918. De plus, les soldats ne veulent plus faire la guerre, et les déserteurs sont de plus en plus nombreux, ce qui explique en partie les nombreux voyages de Trotsky sur le front.

En parcourant les écrits de Trotsky, on s'aperçoit qu'il n'est pas préoccupé par le sambo, et qui plus est, il n'y fait pas référence. Bien que le décret de création de l'armée rouge remonte au 15 janvier 1918, le service militaire est rendu obligatoire le 29 mai, et les premières mobilisations commencent début juin. La grande majorité des troupes est issue de la paysannerie, vivant comme nous l'avons vu, dans une grande misère, et sont totalement analphabètes.

Ainsi, l'une des préoccupations de Trotsky, était alors d'apprendre à l'armée et à ses militaires à " ravitailler comme il faut les unités, ne pas gaspiller les denrées, cuisiner de bonnes soupes ; apprendre à exterminer la vermine et habituer le corps à la propreté ; conduire les exercices comme il faut, moins en chambre et plus à l'air libre ; préparer concrètement et intelligemment les discussions politiques ; donner à chaque combattant son livret de service et le remplir comme il faut ; apprendre à nettoyer le fusil, à cirer les bottes ; apprendre à tirer ; […]". Quant à l'organisation même de l'armée rouge, il écrit dans le même ouvrage que "pour l'édification de l'armée rouge, nous avons utilisé des détachements de gardes rouges ouvrières, les anciens règlements, les atamans paysans, les ex-généraux tsaristes […]

En fait, nous avons pris comme point de départ pour créer notre armée, le matériel historique que nous avions sous la main". Trostky était contre toute doctrine militaire, contre tout dogme militaire, et avoue honnêtement qu'il s'est servit de ce qui existait déjà, et qu'il a organisé l'armée en fonction des besoins du pays.

2 - La Police

Avant 1917, il existait une police aux pouvoirs considérables, possédant également d'importants moyens financiers. La répression de l'Okhrana était dure, et avait entre autre pour mission de noyauter les organisations politiques d'oppositions. Après la révolution, se met en œuvre la Tchéka, destinée à sauvegarder la révolution russe.

D'après son texte fondateur, la tchéka avait pour mission de

"1- Réprimer tous les actes de projet contre révolutionnaires et de sabotage.

2-Déférer à la justice du tribunal révolutionnaire les saboteurs et contre révolutionnaires.

3-De procéder aux seules enquêtes nécessaires à la sécurité du pays.".

En définitive, les pouvoirs de la Tchéka et de l'Okhrana ne sont en certains points pas aussi antagonistes qu'il n'y paraît. Avec le temps les pouvoirs de la tchéka se sont étendus, et celle-ci changea plusieurs fois d'appellation, pour devenir par la suite GUEPEOU, NKVD, KGB. "La tchéka, "sentinelle de la révolution"commission ad hoc, était un organe de combat des adversaires politiques durant la guerre civile". Plus tard, Staline utilisera le Guépéou pour combattre l'opposition au sein de son parti, et l'utilisera également pour imposer la collectivisation aux paysans. Il n'a en effet pût utiliser l'armée rouge pour accomplir cette tâche, par le simple fait qu'elle était essentiellement composée de paysans. A partir de 1936, le chef du NKVD Iéjov, "liquide presque tous ses vieux cadres, et les remplace par de jeunes bourreaux incultes, pour qui la guerre civile appartient à un passé révolu".

On assiste depuis quelques temps déjà, à un renouveau des personnels et dirigeants de la Russie. Staline, dans sa politique de terreur s'est efforcé d'éliminer les personnages non seulement contraire à sa doctrine, mais qui plus est, cette politique a menacé et éliminé beaucoup de personnages, pour ne pas dire la quasi-totalité, qui s'étaient investi dans les révolutions de 1917. La conséquence première de ceci, est la déformation historique au profit du mégalomane Staline, dont la politique sera souvent comparée au nazisme, avec lequel il ira jusqu'à signer le pacte Germano-Soviétique.